Vaincre la dermite séborrhéique

C’est parti pour l’article le moins glamour du monde, mais on s’en fout, on est entre nous !

Disclaimer : je ne suis pas dermato ! Je vous livre mon expérience, mais rien ne vaut l’avis d’un médecin et un diagnostic en bonne et due forme.

La dermite séborrhéique

Qu'est-ce que c'est ?

Si vous en êtes affectés, pas besoin que vous fasse un dessin, vous connaissez bien ce problème de peau hyper relou qui peut carrément gâcher la vie !

Pour ceux.celles qui n’y connaissent rien ou qui cherchent à savoir s’ils en sont victimes, voici quelques pistes.

  • On l’appelle aussi Eczéma séborrhéique
  • C’est une inflammation de la peau qui touche les zones riches en glandes sébacées (sillon nasogénien, front, ailes du nez, racine des cheveux et cuir chevelu)
  • Elle provoque des plaques rouges et des squames
  • Cette affection est provoquée par la prolifération de malassezia, une levure qui vit sur la peau
  • Elle fonctionne par poussées, liées à l’alimentation, au stress, à la fatigue ou à des produits de nettoyage mal adaptés
  • Les squames peuvent gratter, suinter, brûler et engendrer la présence de rougeurs, gonflement et petites peaux grasses ou sèches sur le visage
  • Sur le cuir chevelu, il en résulte des plaques, des squames ou même des croûtes d’aspect jaune, des pellicules et de très fortes démangeaisons
  • Les zones à traiter sont à la fois très grasses et irritées, et donc difficiles à traiter
  • Chez le nourrisson, ce sont les fameuses « croûtes de lait« 
  • Elle peut être le corollaire d’un psoriasis
  • On peut la confondre avec un simple état pelliculaire, un eczéma ou une irritation de la peau ; ce qui ne trompe pas, ce sont les squames et les rougeurs qui gonflent légèrement et qui grattent beaucoup !
  • Elle crée aussi des zones de kératinisation de la peau : elle devient plus épaisse, rigide, cartonnée

Vous l’aurez compris ce n’est pas super l’éclate. Pour ma part, j’ai fait ma première poussée vers 16 ans et, si elles ont été fréquentes dans la passé, elle ne m’embêtent plus qu’une ou deux fois par an désormais. Mais il ne faut pas minimiser l’impact sur le moral et la vie sociale de cette maladie de peau ! La première fois, j’ai eu le visage recouvert de plaques rouges, sans trop savoir ce qui m’arrivait. Ensuite, même en connaissant bien la maladie, je suis passée par des cycles infernaux de poussées/grattage/plaques/rougeurs qui m’ont rendue folle ou à la limite de la déprime.

Pourquoi c’est dur à soigner

  • La dermite séborrhéique, c’est un peu la fête du « c’est gras mais c’est sec » a.k.a, ils faut traiter mais ça irrite.
  • La levure se nourrit de gras et irrite la peau, qui fait donc plus de plaques, qui irritent encore plus la peau : c’est la prolifération.
  • La traitement choc, c’est la cortisone, qui peut vraiment sortir d’affaire lorsque la crise est très violente, mais qui a un effet rebond bien pourri (« j’arrête et c’est deux fois pire »).
  • Très peu de produits sur le marché sont adaptés (shampoings, crèmes) et à un certain stade de la poussée, plus rien de fonctionne, tout irrite la peau et le cuir chevelu.
  • Une fois les plaques installées, elles sont très difficiles à camoufler avec du maquillage, car elles provoquent des squames qui se voient.

C’est donc une affection de la peau super difficile à traiter : je ne compte plus les fois où j’ai testé de nouveaux produits, naturels, bio, chimiques, des fonds de teint plus ou moins efficaces. J’ai commencé à ma maquiller à cause de cette maladie et même si aujourd’hui j’ai décidée de ne plus me maquiller, je suis parfois obligée de le faire car je suis très complexée par l’aspect de ma peau !

La dernière poussée en date, il y a un mois, était assez maousse (cuir chevelu en miette, grattage insupportable, rougeurs qui brûlent et qui grattent sur le visage, racine des cheveux rouge fluo, bref, la totale). Moi qui croyait être plus ou moins sortie d’affaire, j’ai replongé dans les affres de la dermite et j’ai fini par prendre de la cortisone avec le cœur lourd et le moral à zéro.

Mes conseils

  • L’eau n’est pas votre amie

Ce qui résulte de mon expérience, c’est qu’il faut au maximum limiter les produits moussants, abrasifs et l’eau sur le visage. L’eau et les produits nettoyants sont les premiers facteurs de mes poussées. Le fait de décaper la peau dérégule le sébum, qui pour compenser, est fabriqué en surplus par la peau et bim ! La levure se régale et prolifère. À un certain stade de la poussée, la  peau est tellement sensible et irritée que l’eau calcaire et les nettoyants vont encore plus la sensibiliser.

  • Oublier le gras

Oui, la dermite donne cet aspect gras-sec à la peau et on ne sait pas trop quoi faire, mais n’oublions pas que la levure à la base de la maladie se nourrit de gras. Il faut donc stopper l’application de crèmes nourrissantes ou hydratantes même si les squames paraissent secs et la peau cartonnée et privilégier l’application de produits aux actifs antifongiques sur les zones à traiter, tout en n’oubliant pas d’hydrater le reste de la peau.

  • Minimiser les produits

Pour moi, il faut utiliser le moins de produits possibles sur la peau ! Lors de mes poussées, je zappe lotions, sérums, nettoyants et crèmes en tout genre pour ne privilégier que l’essentiel. Il faut minimiser les risques d’irritations et que la peau puisse se réguler.

  • Ne pas utiliser d’huile (à part l’HV de neem)

Surtout pas ! En bonne adepte du naturel, j’ai essayé toutes sortes d’huiles (amande, nigelle). Certaines ont effectivement des vertus antifongiques, mais le résultat a toujours été catastrophique sur mes plaques ! La seule qui fonctionne pas trop mal est l’huile  de neem, vraiment puissante, à utiliser à petite dose sur les zones affectées.

  • Utiliser des eaux thermales

Je ne pourrais jamais assez remercier l’existence des produits des marques thermales (et je regrette tellement la disparation des produits Evian, si abordables et efficaces!) : alors oui, ils ne sont pas bio et naturels, mais ils ont littéralement sauvé ma peau lors de certaines crises. Les brumes d’eau thermale notamment, sont un bon substitut à la lotion et ont de vraies vertus apaisantes. J’avoue que même les hydrolats, à un certain stade, m’irritent la peau.

  • Le zinc, un bon copain

La pyrithione de zinc est un principe actif antifongique et antibactérien. Les produits qui en contiennent soulagent pas mal les crises et inhibent le renouvellement des cellules de la peau, ce qui freine la prolifération des levures.

  • Éviter les shampoings et endiguer la desquamation du cuir chevelu

Un de mes problèmes majeurs : le cuir chevelu. Chaque shampoing décape la peau, booste le sébum et provoque plus de grattage et de squames. Mais lors d’une crise, on se sent pas net.te et on a envie de laver, laver, laver pour faire disparaitre squames et pellicules ! Moi qui me lave les cheveux tous les jours (oui je sais c’est mâââl), j’ai atteins un stade ou je ne supportais plus rien. J’ai donc abandonné les shampoings et je me suis tournée vers de poudres lavantes et du shampoing sec. Ce n’est pas idéal mais mon cuir chevelu est moins irrité et régule peu à peu la production de sébum.

  • Oublier le lait

Un des déclencheurs chez moi est associé à la consommation de lait. J’ai arrêté depuis un moment déjà de manger des yaourts ou des produits laitiers, mais j’ai une vraie passion pour le fromage et elle joue considérablement sur les poussées.

  • Limiter le sucre

Une des source de mes nombreux problèmes : mon addiction au sucre. La surconsommation de sucre, chez moi, aboutit souvent à une crise. Consommer des fruits secs et des noix et graines oléagineuses a réglé le problème pour ma belle-soeur !

Ma routine

Voici ma routine actuelle. Ma crise se termine, elle était au plus fort il y a à peu près un mois.

Le visage

  1. Je nettoie/démaquille en douceur avec Lait nettoyant confort à l’amande de Weleda, qui a un minimum d’ingrédients.Je masse la peau avec le lait et je passe un tissu très doux pour en retirer l’excès.
  2. Je continue en brumisant de l’eau thermale d’Avène  sur l’ensemble de mon visage. Je la laisse pénétrer et je le tamponne avec un tissu propre.
  3. Une fois par semaine, je mouille un éponge naturelle avec de l’eau thermale et j’exfolie légèrement les zones de mon visage qui ne sont pas affectées par la dermite pour décrasser les pores.
  4. J’applique une crème contenant du zinc sur les zones affectées (Cicalfate d’Avène, reste ma préférée) car elle a des propriétés « nettoyantes » : elle inhibe la prolifération de bactéries et de microbes sur la peau.
  5. Sur le reste du visage, j’applique le lait nettoyant de Weleda en massage, pour nourrir la peau (#minimalisme)

Le cuir chevelu

  1. J’essaie d’espacer les shampoings et de ne plus utiliser de produits moussants. Pour cela j’utilise de la poudre de shikakaï, que je mélange avec de l’eau et que j’applique sur le cuir chevelu en cataplasme. J’ai les cheveux courts, du coup j’ai bien conscience que c’est plus simple pour moi. J’essaie de ne pas en appliquer sur les longueurs et je rince beaucoup.
  2. Lorsque j’ai vraiment envie de me laver les cheveux, au sens « traditionnel » du terme, j’utilise le shampoing Neem de chez Khadi (il contient du neem, de l’amla, du shikakaï, du tea tree qui ont tous des propriétés antifongiques, antibactériennes ou purifiantes) : c’est vraiment un des seuls shampoings que j’ai utilisé (bio et parapharmacie confondus) qui me soulage et ait un effet visible sur l’état de mon cuir chevelu.
  3. Pour espacer les shampoings au maximum et rééquilibrer mon cuir chevelu, j’utilise du shampoing sec (j’utilise la recette de l’adorable Shaker Maker) en essayant de ne pas trop le frotter  pour ne pas le sensibiliser encore plus.

Autres produits

Une liste de produits que j’ai pu utiliser et qui m’ont aidé!

À tester

  • Onguent au zinc – 50 mL – Bioturm, une alternative naturelle aux crèmes de parapharmacies
  • Tonique cheveux anti-pelliculaire n° 22 – Bioturm, une lotion à l’acide lactique qui régule et normalise le cuir chevelu

Mes recettes à venir

  • une crème hydratante naturelle au zinc
  • un soin naturel à base d’avoine
  • un shampoing sec spécial dermite
  • un shampoing solide aux actifs puissants
  • un gommage du cuir chevelu

Pour aller plus loin

Quelques articles

Si vous avez des conseils, des recettes ou des routines à partager n’hésitez pas !

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *