Une histoire de beauté: ma mère

maman
Interview de ma mère sur son parcours beauté à l’occasion de la fête éponyme.

Enfance

Dans ma famille, le maquillage, la beauté, c’était considéré comme assez futile. On n’avait pas beaucoup d’argent et mes parents étaient très croyants, pas le genre à faire passer l’apparence avant le reste.

bébé

Selles sur Cher, juillet 1957

 

« J’avais 5 mois… On campait!

On était encore dans l’esprit de l’après guerre, et ces vacances au confort sommaire devaient être d’un luxe inouÏ.
Je suppose que pour ma mère la cure de beauté devait consister à essayer de dormir quelques heures par nuit sur un matelas pneumatique qui se dégonflerait inexorablement, comme tous ceux de sa génération. ».

Pourtant je me souviens très bien de ma mère qui se remettait du rouge à lèvre juste avant que mon père ne rentre du travail… C’est drôle, parce qu’elle n’était pas très coquette…

Elle mettait de la crème Diadermine, je m’en souviens. J’ai découvert plus tard que ma grande sœur a mis la même toute sa vie elle aussi.

 

Calendrier 2004 - 02

 

enfant

Ma mère à l’école primaire

 

« Les cheveux s’échappent, prémices de la rébellion à venir… Au fait, j’ai vu dans des magazines que le shampooing sec revenait… Mais pourquoiiiiiii ? Je pourrais te parler du shampooing sec. Et longtemps. Oui parce qu’il ne fallait pas se laver la tête trop souvent. Alors le shampooing sec te laissait une pellicule blanchâtre sur les cheveux en plus du fait qu’ils étaient toujours aussi sales, en fait.
 
Le shampooing sec, voilà une chose qui ne devrait pas exister. »

 

 

L’Eau précieuse, c’est le seul produit que ma mère ne m’ait jamais acheté. Le seul produit de beauté qui pue. Un produit très catholique : pas de plaisir à l’utiliser.

 

eau-precieuse_lotion

Adolescence

Malgré ça, j’ai commencé à me maquiller assez tôt, vers 12 ans. Je voulais braver l’interdit! Je dosais le bleu sur mes paupières, pour que ça se voie sans être trop ostensible…

rimmel cake mascara

Et il y avait le Rimmel, sous forme de pâte, qu’il fallait humidifier… On crachait dessus! Je crois que j’avais récupéré des reliquats de ma grande sœur qui avait quitté la maison. Elle avait dû en laisser derrière elle….

Entre copines, on ne parlait pas de maquillage, on était hippies: ça ne collait pas trop avec les discussions politiques et les vestes en peaux de mouton!

Globalement, je ne me trouvais pas jolie : Je portais des lunettes et pour moi c’était rédhibitoire : no séduction. Alors je ne les portais pas et je ne voyais rien. Ça limitait les échanges à la proximité.
Après j’ai eu des lentilles, mais j’avais déjà 20 ans…

jeune fille 001

Ma mère à 18 ans, Londres

 

 

« Tout y est, je me permets de te le faire remarquer : le jean ceinturé, la veste en lapin, la chemise pelle à tarte (gros succès), la coupe (?) de cheveux improbable, les lunettes rondes (c’est seyant hein?) le bout de clope. Et oui. La mode ne jouait pas en ma faveur. Mais pas de fausse note côté maquillage, tu remarqueras ! »

 

 

charles_of-the-ritz

Publicité pour la poudre Charles of the Ritz

Les produits de cette époque dont je me souviens avec beaucoup d’acuité c’est cette poudre de Charles de Ritz, elle sentait divinement bon.
Il y avait aussi les fards à paupières Mary Quant, un must à cette époque! Je les avais achetés en Angleterre, j’avais quoi, 18 ans…

maryquant

Les fameux crayons Mary Quant, pour se dessiner des fleurs partout!

L’âge adulte

J’ai eu trois enfants et peu de temps à consacrer à me faire des masques, quelques fois même pas le temps de me démaquiller.

sicily

Sur le bateau vers la Sicile, 1988

Aujourd’hui j’ai plus de temps, et ça tombe bien car il y a plus de boulot !
Je suis plus curieuse, plus constante dans mes habitudes de soin. Je papillonne un peu. Tous les produits que j’utilise, je ne peux pas m’en passer !

Une marque à laquelle je suis toujours restée fidèle et vers laquelle je suis toujours revenue, c’est Clarins. J’aime beaucoup leurs soins et leur maquillage. Je trouve leurs palettes toujours très réussies.

Ombre Minérale 4 Couleurs "Nude"

Ombre Minérale 4 Couleurs « Nude »

La marque que j’ai découvert récemment, c’est Pierre Ricaud. Je n’en pensais pas grand chose: à l’usage, les produits sont tops! Je suis assez fan de leurs soins pour le visage.

Soin Anti-Rides Triple Action Acide Hyaluronique

Soin Anti-Rides Triple Action Acide Hyaluronique

Mon dernier trip, c’est la customisation. Je commence à faire mes produits! Je suis plus concernée par la composition de mes produits aussi… Pour ça, il y a le site Aromazone: on peut trouver des recettes et des kits tout prêts pour faire ses propres produits, bios et pas chers.

azbox antiage

Voilà, il reste toujours des choses à découvrir et à tester. Aujourd’hui, je m’amuse!

(Merci maman pour ta collaboration et bonne fête)

5 Comments

  • Rire De Folie dit :

    Super article et j’ai découvert pour la première fois les mascaras sous forme de pâte, excellent ! <3

    • Wildchild dit :

      Awww, merci beaucoup! Le mascara cake, ouais c’est assez bizarre pour notre génération… Mais je me souviens qu’il y a quelques années Longcils Boncza a ressorti un mascara cake que j’avais acheté… c’était assez fun, il existe toujours je crois!

  • mouvementsaberrants dit :

    C’est vraiment un très bel article, original et très plaisant !
    Je repasserai pour m’epancher un peu plus parce qu’il est vraiment touchant cet article et j’aimerai expliquer pourquoi.

    À bientôt!

  • mouvementsaberrants dit :

    Je l’ai dit que j’allais repasser ! J’ai mis le temps tu le reconnaitras. Bon déjà cet article est vraiment joli, on dirait un bonbon de poésie. La mère prend une part énorme dans notre perception de la féminité. Moi ma mère je l’ai toujours vu nature, elle ne s’est jamais beaucoup maquillé pourtant elle a toujours eu une collection de chaussures qui me fascinait littéralement. C’est son truc à elle. Tout le monde le sait et lui en offre ainsi que des parfums. Pour une femme aux revenus modestes je dois avouer qu’elle a là deux jolies collections. Mais la beauté non. Quand je vois les sous que je peux passer dans les soins et les marques dans lesquelles je tape, j’ai honte. Je me souviens ado, ma maman achetait toujours des gels douches premier prix. Même dove c’était trop cher pour nous. Même un mascara bourjois où toutes les autres marques de supermarchés c’était trop cher ! De temps en temps elle achetait un peu de maquillage à st Denis dans les bazar pas chers et puis c’est tout. Naturellement je me suis maquillée tard j’ai jamais fait grand chose et ça m’a pas vraiment attiré mais alors les soins je crois que c’est mon truc préféré. Dès que j’ai eu ma première paye j’ai foncé chez Marionnaud mdr. Et très tôt dans la foulée je me suis interessée aux compositions et c’est là j’ai sérieusement basculé en mode green j’avais quoi, 18 ans tout rond. Quand j’ai eu mon fils je suis allée plus loin encore dans ma démarche de consommation saine et j’ai entrainé ma maman avec moi ! Et maintenant on tambouille entre filles, on s’échange nos huiles, astuces et conseils. Elle me surnomme « Madame bio » et m’envoie toutes ses copines et toutes les femmes de la famille. C’est super rigolo. Elle m’avoue quand même qu’étant de l’ancienne génération elle a d’autres réflexes que les miens, plus industrie traditionnelle. Elle a beaucoup rigolé quand elle m’a vu avec mes couches lavables et mes écharpes de portage…elle avait justement un peu peur pour ma féminité parce que ça lui rappelait l’ancien temps mdr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *