Minimalisme #1 // Le dressing

mini2

Trois des pièces que je porte tout le temps depuis deux mois.

Pour la première partie du projet minimaliste, je m’attaque au dressing. (Pour l’Introduction, c’est ici.)

J’ai trop de vêtements : des trucs que je n’aime pas, des trucs que je garde « au cas où je maigrirais », des trucs trop longs, trop courts, trop transparents, sentimentaux, usés, bref, je ne vous fais pas de dessin.

Comme pour le reste, j’aspire à quelque chose de plus simple, pratique, sensé.

Après avoir un peu potassé sur Internet, j’ai découvert, à travers le blog de Viviannadoesmakeup le concept du « dressing capsule ». J’ai continué mes recherches avec le blog Unfancy, IntoMind et Bemorewithless qui m’ont convaincue.

Le dressing capsule

Qu'est-ce que c'est ?

live

C’est assez simple : on tourne avec 33 à 37 pièces pendant 3 mois.

Pendant ces trois mois, on ne fait pas de shopping.

« Ouhloulou » me direz-vous : attendez, je vais expliquer tout ça.

« Les règles »

Oui bon, si vous avez envie
  • Les 33 à 37 pièces incluent : tops, bas (pantalons, jupes, shorts etc.), robes, manteaux, vestes, chaussures, écharpes, foulards et accessoires.
  • Ce qu’elles n’incluent pas : les sous-vêtements, le linge de nuit, les vêtements de sport, les vêtements de travail et les vêtements d’intérieur.
  • 33/37/40/50 pièces… à vous de vous choisir un but. Vous pouvez définir un nombre vous-même (au-delà de 50 cela me semble moins fonctionner). Vous pouvez démarrer à 50 (ou plus, hein) par exemple, voir si cela fonctionne pour vous et réduire si c’est le cas!
  • Ce dressing sera exclusif pour trois mois (sept/oct/nov)/(déc/janv/fév)//(mars/avril/mai)//(juin/juillet/août).
  • On ne fait pas de shopping durant cette période : si certaines pièces nous manquent et que l’on n’a pas atteint le quota, on les ajoute.
  • Vous pouvez choisir d’inclure les bijoux dans votre capsule ; je ne l’ai pas fait.
  • Si changement intempestif de température et de temps il y a, on s’adapte et ressort ses fringues pas de saison ou on s’achète un imper si on en a pas.
  • Ce qui veut dire : les règles sont des guides. On les adapte à sa nature et ses besoins.
  • Et les accessoires ? Et bien, pour moi, c’est selon. J’ai gardé deux ceintures, je n’ai pas de chapeaux, j’ai encore trop de sacs (je dois trier)

Comment on fait ?

D’abord, on trie

  • tout ce qui est usé, taché, abîmé : on jette
  • tout ce qui est trop petit, trop grand, trop long, trop court ou qui ne nous va pas: on lave, on donne
  • ce qui n’est rien de tout ça, mais que l’on n’a pas mis durant le mois précédent ou durant les saisons concernées : on lave, on donne (ou on vend)

Ensuite, on fait l’inventaire

  • Que nous reste-t-il ? En faisant l’expérience, j’ai pu réaliser ce que je portais vraiment: il ne me restait pas tant de vêtements que ça.
  • Accorder ce qui reste : un code couleur va se dégager, une cohérence va émerger. Inconsciemment, ce que nous portons le plus est plus défini que ce que l’on croit.
  • Réfléchir à ce qui nous va vraiment et ce qui est confortable (ce qui ne veut pas dire négligé. Confortable, c’est ce qui ne nous empêche pas de bouger, dans lequel on se sent bien).
  • Garder les pièces qui s’accordent entre elles, que l’on peut mixer facilement.
  • Privilégier les pièces qui sont adaptables à plusieurs saisons (automne/hiver, Printemps/été par exemple)
  • S’il manque des choses, on les rachète (si on peut). Sinon, on attend les trois mois en ayant plus de pièces que prévu. Rome ne s’est pas faite en un jour.

Enfin, on fait des updates

  • Lorsque les trois mois sont passés, on garde ce qui est toujours adapté à la saison, on range ce qui nous a beaucoup servi et on vend/donne ce que l’on n’a pas vraiment mis.
  • Si des pièces nous manquent, on fait des ajouts. Par exemple, on s’achète un nouveau manteau au début de l’hiver (je dis ça, car je traine ma parka Sessun, que j’adore, depuis 4 ans).
  • On fait du shopping pour s’adapter à la saison en début de « session » tout en gardant le cap : les pièces doivent s’adapter à ce que l’on a déjà.

Pourquoi c’est cool

  • on fait de la place
  • on possède moins
  • on définit son style
  • on fait plaisir parce qu’on donne
  • on perd moins de temps le matin pour s’habiller
  • on ne perd plus de temps et d’argent en shopping
  • on consomme moins et mieux
  • on est sûr de ce que l’on porte
  • on a un style intemporel, car on garde des pièces sûres, de qualité

Mon expérience

J’ai décidé de passer un peu de temps à « construire » un dressing capsule pour ne plus avoir à penser à mes vêtements, ni à désirer en acheter.

Voilà ce que j’ai constaté

  • Je n’ai rien vendu. J’ai donné à •Mon école•Le Secours Populaire •Mes amies. J’ai filé plein de jolies pièces à mes copines, qui étaient ravies. Certaines leurs allaient mille fois mieux qu’à moi : elles étaient contentes, j’étais contente qu’elles soient contentes, bref, tout le monde était content.
  • J’ai compris mon style lorsque j’ai réduit mon dressing à ce que je portais vraiment.

J’ai fait une liste de ce que je ne rachèterais jamais

×Les hauts de couleurs vives

×Les jeans flare

×Les hauts décolletés

×Tout ce qui est ceinturé (manteau, robes etc.)

×Les caches-coeurs

×Le liberty, les fleurs, les volants

×Les robes ou jupe corolles

×Les escarpins

×Tout ce qui est moulant

×Tout ce qui est taille basse

×Les jeans/jupes/robes trop longs que je ne fais jamais retoucher

Ce n’est pas exhaustif et ça m’est complètement propre, mais ça me guide bien.

  • Ce qui s’est dégagé : j’aime le gris, le blanc, le noir (how original), les coupes structurées, les boots, la laine, le cuir et le jean.
  • Je ne me pose plus de questions. Vraiment. Chaque matin, je choisis en trente secondes ce que je vais mettre.
  • Je n’ai pas envie de faire les magasins. Bon, je ne suis pas une folle de shopping à la base, mais je sais que j’ai ce qu’il faut, que c’est joli et intemporel, que ça me correspond. Je suis sûre de moi.
  • J’ai lâché : des pièces sentimentales, des pièces super belles, mais qui ne me correspondaient pas, des trucs beaucoup portés et adorés, mais trop usés. Ça fait du bien.

Ce qu’il me reste à faire

  • Je n’ai pas fini de trier mes fringues d’hiver : je vais voir en septembre, lorsque je vais adapter mon dressing au changement de température.
  • Je dois revoir ma façon de consommer : mon dressing est presque exclusivement composé de vêtements non éthiques (bouh).
  • Je dois encore élaguer : j’ai des choses en double et encore des pièces que je n’arrive pas à jeter (je pense notamment à une combinaison vintage avec un coucher de soleil au dos, achetée à Berlin il y a des années… que je ne mets plus.)

Dans le prochain épisode

Je vous montre mon dressing capsule de l’été 2016! Des bises.

Articles liés

6 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *