Le minimalisme cosméto

tri2

Ancienne geek de la cosmétique non bio, j’ai décidé que mes soins devaient tenir dans une trousse. Cela n’empêche pas les extras et le kiff. Petit guide du tri cosméto.

Pourquoi

  • Les produits des circuits traditionnels sont mauvais pour la santé

Sans verser dans l’hystérie complotiste, culpabiliser les acheteuses ou rentrer dans la polémique, on peut l’affirmer : en effet 40% des produits d’hygiène et de beauté contiennent des perturbateurs endocriniens (substances qui perturbent la régulation hormonale). En outre, métaux lourds, parfum, dérivés pétrochimiques, entre autres, sont également soupçonnés d’avoir une incidence sur la santé.

Pour aller plus loin : Les 12 ingrédients à éviter dans les produits de beauté

  • Réduire sa consommation

Faire le tri, ça veut dire penser sa consommation : on achète moins et mieux.

  • Avoir un impact sur l’environnement

C’est pas mal non ? Nous ne sommes clairement pas sur la bonne voie, alors faire un geste en éliminant le superflu n’est pas du luxe ! On consomme moins de produits dont les substances se révèlent toxiques pour la faune et la flore, on jette moins de bouteilles en plastique, bref, on agit ! On a aussi un impact sur le destin de nos amis les animaux. Bien souvent, les marques responsables et bio sont cruelty free, ce qui nous permet d’être sûr(e)s qu’aucun petit lapin n’ a été torturé pour qu’on ait les cheveux plus brillants.

  • Mieux se connaitre

Lorsque j’ai commencé à repenser ma « conso beauté », à me pencher sur la question de la composition des produits et mon rapport au soin et l’apparence, j’ai appris à réévaluer un tas de choses. Savoir ce qui nous convient, acheter en conscience, résister aux sirènes de la pub… c’est un package qui ne fait pas de moi une hippie qui s’enduit de lait de chèvre et s’est mise à détester les cosmétiques. Plutôt une meuf qui est assez bien dans ses pompes !

Comment

  • Se recentrer
shampoo-bottles-diy

Via le très joli blog de Almost Makes Perfect

A moins d’être une makeup artist ou une vraie passionnée de maquillage, avons-nous besoin de huit tubes de fond de teint dans notre salle de bain ? Nope. Avons-nous besoin de quatorze pots de crèmes hydratantes différentes ? Nope, non plus. De manière générale, les marques ont les même labos fournisseurs et sans vouloir faire la rabat joie, les promesses de leurs crèmes sont trop dithyrambiques pour être honnêtes. Une crème hydratante n’est souvent que cela (hydratante) et ce ne sera pas Star Wars sous dans notre épiderme (même si cela aurait pu être fun, j’avoue).

  • Savoir ce qui nous convient

Apprendre à connaitre ses besoins : d’abord le démaquillage/nettoyage et l’hydratation, auxquels on ne peut pas déroger. Ensuite, soit vous connaissez la nature de votre peau/cheveux et il suffit de cibler les produits qui y correspondent, soit vous êtes dans le noir. Dans ce cas là, rien ne vaut un passage chez un bon dermato pour faire un diagnostic. Si vous n’avez pas de maladie particulière, rien de vous empêche de substituer les produits proposés par des produits bio et naturels. (Je me suis même tourné vers le naturel pour mon eczéma et mes rougeurs, lassée des traitements à la cortisone).

  • Adopter une routine de soin

La routine de soin, c’est un peu la pierre angulaire de la démarche. Je suis adepte du layering, mais chacun peut se créer ses automatismes. La clé, c’est d’être constant. Cela ne prend pas plus de temps que les soins lambdas et contrairement à ce que l’ont peut penser, ce n’est pas monotone. Rien ne vous empêche d’alterner les produits si vous aimer la nouveauté !

Pour aller plus loin: mon article sur les 10 étapes d’une peau parfaite est ici et il est super bien!

  • Fabriquer ses produits

Lorsqu’on est un ou une geek de la cosméto, on aime les couleurs, les textures, les parfums… c’est un peu une maladie, mais ça se soigne. Plutôt que d’acheter, fabriquez. Cela permet d’être créatif et on apprend beaucoup. On peut faire un tas de trucs avec des produits trouvés dans la cuisine ou le jardin. Acheter les composants de base a un coût, c’est vrai, mais un pot de beurre de karité dure très longtemps, il sert à plein de choses et on peut faire un million de recettes avec !

  • Se faire plaisir

Si vous adorez le parfum, ou le rouge à lèvres (cf: moi), faites-vous plaisir de temps en temps. N’achetez pas lorsque vous êtes déprimé(e) ou parce que vous passez devant Sephora. Renseignez-vous, en amont, prenez le temps de désirer le cadeau que vous allez vous faire. C’est comme quand on est enfant: on est deux fois plus content. Pour ma part, je fantasme sur la Vénus Palette de Limecrime, bien tranquillement.

  • Se masser

Se masser reste une des techniques des soin les moins chères et les plus efficaces du marché: il existe différentes techniques et méthodes. Vous pouvez utiliser la vôtre: c’est efficace et gratifiant!

Pour aller plus loin: mon article sur le massage du visage.

  • Donner

Pour mon blog, je fabrique pas mal de produits cosméto. C’est un hobby, une passion. Mais je ne peux clairement pas utiliser tout ce que je crée. Du coup, j’en garde une petite partie pour tester sur le long terme, et je donne la reste à mes ami(e)s, ma famille. Tout le monde est content. Donnez aussi les produits qui ne vous conviennent pas. C’est exactement comme pour les jeans : on les garde dans l’espoir qu’un jour notre corps aura changé de forme, et ils végètent 3 ans dans le fond du placard.

Quels produits utiliser?

  • Les produits polyvalents

Dans mon top 3 il y a la crème jour et nuit de Human + Kind, l’huile de coco, pas très chère et qui sert vraiment à tout (démaquillant, huile visage ou corps, en masque pour les cheveux ou sur les pointes, et j’en passe !) et le beurre de karité, qui est très utile lui aussi.

  • « Les matières premières »

Huiles végétales, beurre végétaux, huiles essentielles, hydrolats… Très démocratiques et souvent inusables, elles se mélangent et s’utilisent pour tout! Aromazone, Huile & Sens, My Cosmetic ou le tout nouveau et tout frais BeCose, les sites pour vous fournir ne manquent pas! Certaines huiles végétales, essentielles, beurres végétaux ou hydrolats sont distribués en supermarchés : je pense à Florame, Floressance ou Lenart, entre autres.

  • Les produits solides

Revenir au savon n’est pas forcément une punition: les gels douches et les shampoings sont pleins de tensioactifs qui décapent la peau et s’usent vite. Il y a pas mal de solides en boutiques bio, voire dans la grande distribution; pour ma part, j’aime beaucoup les Melvita ou Cattier. Pour ce qui est du shampoing solide, il n’existe pas encore à la vente au supermarché; mais on peut en trouver à foison sur le Net. Je kiffe pas mal celui pour cheveux secs de la marque Secrets de Provence et j’ai super envie de tester celui de BeCose !

  • Les actifs

Les actifs sont des produits cosmétiques concentrés, qui peuvent souvent être ajoutés à vos crèmes ou vos huiles neutres. Je suis fana de l’acide hyaluronique en poudre, que j’ajoute à de l’hydrolat ou que je mélange à de la crème. AHA, caféine, lait d’ânesse en poudre, on trouve de tout, selon ses besoins et sa peau!

  • Les palettes

Investir dans une palette de fards multi usage permet d’avoir tout sous la main lorsque l’on a envie de se maquiller. Je me suis fait offrir la palette Away Oui Go de Tarte Cosmetics, hyper pratique et ultra polyvalente, car on y trouve tout: fards à joues, à paupières, mascara, enlumineur. Vous pouvez en trouver chez Dr Hauschka, Boho, Benecos, Alverde, Zao … le nec plus ultra restant quand même pour moi toutes les palettes de chez Tarte (oui je sais ce nom est chelou) car elles sont divines et qu’elles constituent souvent à elles seules un makeup bag. Seul bémol: la marque n’est pas distribuée en France, d’où le prix un peu excessif des sites qui en importent le produits.

  • Les outils

Les outils de nettoyage et de soin sont hyper importants et décuplent souvent l’efficacité des produits. Je ne reviendrais pas sur mon amour pour cette petite brosse en silicone de chez Sephora, qui permet de nettoyer sa peau avec à peu près n’importe quel produit, la Tosowoong qui est aussi hyper efficace ou les masques en tissu à imbiber avec son propre sérum ou lotion … chacun permet d’utiliser moins de produits, sont durables et efficaces.

Les bienfaits

c1bfea5a1ea04d4c3b69d9f1dcfc6374

  • S’accepter

J’ai viré les trois quarts de mes produits de soin et de maquillage pour garder uniquement ce dont je me servais. J’ai cessé d’essayer d’être parfaite et paradoxalement, je me sens mille fois mieux. Attention, pas de discours culpabilisant sur l’apparence et sur l’utilisation de makeup ou de soin ici, je respecte les fanas de la chose : je suis juste une nana qui ne pouvait pas sortir de chez elle sans camoufler son teint et qui a utilisé toutes sortes de produits pourris pour avoir la peau dont elle rêvait. Prendre soin de ma peau de la bonne manière constitue 90% de mon maquillage aujourd’hui. Je réussis même à sortir sans.

  • Moins dépenser

Ben oui, c’est quand même pas trop négligeable. On garde ses sous autre chose : ce qu’on aime, ce qui nous fait du bien.

  • Gagner de la place

Mais quel gain d’espace ! Ceux qui vivent avec vous peuvent exister et ranger leur brosse à dents dans le placard de la salle de bain, qui ne ressemble plus à une succursale de The Body Shop.

  • Perdre moins de temps

Allez à l’essentiel, connaitre sa peau, son corps, avoir une hygiène et des rituels de soin, permettent de gagner du temps dans la salle de bain et à la passer à autre chose 🙂

4 Comments

  • Mouvements aberrants dit :

    Super article ! Moi j’ai encore beaucoup de mal à désengorger…et ce n’est pas que dans ma salle de bain. C’est PARTOUT. Je suis une collectionneuse de tout et rien. Mon mari est minimaliste, tout pourrait tenir dans un sac à dos de randonnée. Je remplis l’appartement à 90% à moi seule. Je donne beaucoup, je jette aussi mais c’est pour mieux remplir derrière. Même si ma salle de bain est remplie à 98% de produits biologiques je n’ai trop. Le seul endroit où je suis vraiment raisonnable c’est pour le maquillage. Je finis toujours un produit teint jusqu’au bout. Tout doit tenir dans une petite boîte à chaussure.

    Vraiment sympa cette article !

    • Wildchild dit :

      😉 Oui c’est un travail de longue haleine. Après on est pas tous faits pareil, pour moi c’est assez facile, je n’aime pas les bibelots, les objets, je suis un peu hermétique à la déco et la surcharge m’angoisse. Si on aime le foisonnement et qu’on a un vrai truc pour le design, la collection, c’est tout suite plus dur… mais je pense que chacun peut y arriver à sa manière et selon ses critères. Pas besoin de vivre dans une maison zen si on aime faire les brocantes 😉

  • Manouchka dit :

    Très intéressant.
    J’ai une tonne de produits cosmétiques, que je me dis que je dois finir. Je n’ai pas envie d’en racheter pour le moment, je n’en ai pas besoin! Et j’ai encore moins besoin de tout ce que je possède déjà. Je vais en donner déjà une bonne partie, ça ne me fera pas mal et essayer de ne garder que l’essentiel, de n’acheter que l’essentiel ! Un shampooing à la fois, par 45 ! Une crème pour le corps à la fois, et pas 15 !! Tout ça… En tout cas, merci pour cet article qui donne matière à réfléchir. On s’encombre de tout plein de choses dont on n’a pas toujours, voire bien souvent, pas besoin.
    Bises!

    • Wildchild dit :

      Merci beaucoup ! J’ai écrit ça car je suis exactement comme toi et que j’essaie de devenir plus « sage » ! Honnêtement, ça fait un bien fou ! Des bises 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *