5 solutions pour éviter l’hystérie de Noël avec les enfants

keepcalm
1. Jetez les catalogues

Je sais que c’est un peu une madeleine de Proust. Mais les catalogues posent plusieurs problèmes:

  • ils sont moches
  • ils sont sexistes
  • tout est cher
  • les jouets sont souvent fabriqués dans des pays où les conditions de travail sont horribles voire qui font travailler les enfants
catalogue carrouf

Via Huffpost

Ce n’est pas toujours vrai, mais souvent.

Jusqu’à 7/8 ans, les enfants ne sont pas vraiment capables de gérer la surabondance d’objets, d’informations. Le découpage fille/garçon les induit à ne même pas regarder certains jouets, qui pourraient éventuellement les intéresser et surtout, ils leurs donnent envie d’avoir beaucoup trop de choses. Si vous avez un budget serré, c’est frustrant pour vous et pour eux.

Or, on le sait, les enfants jouent toujours plus avec les emballages de cadeaux qu’avec les jouets eux même. Loin de moi l’idée de vous conseiller de leur offrir le contenu de votre corbeille à papier (« Tiens, voilà pour toi, du papier bulle! Et joyeux Noël Félix! »), mais le but, c’est de se poser et de vraiment faire un … souhait.

wish

Via Etsy

Genre: « Qu’est-ce que j’aime? » « Qu’est ce qui m’intéresse?« , « De quoi ai-je vraiment envie?« . Après, on cherche. Pour les petits vous pouvez faire une pré sélection (oui je sais c’est control freak) d’images; avec les plus grands, chercher sur Internet.

Après les enfants peuvent faire une lettre, un vœu, envoyer une colombe dans le ciel ou tout simplement passer commande (s’il ne croient plus ou père Noël ou alors que vous n’êtes pas adeptes du coté mensonge du truc et qu’il savent que les cadeaux, c’est vous). Le tout, c’est qu’ils aient choisi pour de vrai.

Cette démarche permet de:

  • limiter les désirs (on prend du temps pour faire un souhait)
  • donner de la valeur aux choses (on n’a pas 200 cadeaux, et ceux qu’on a, ont été voulus)
  • discuter, échanger
2. Fabriquez des choses

C’est la personne la moins douée de ses 10 doigts qui vous le dit (moi = Pierre Richard).

Je n’ai pas d’idées, je suis flemmarde et j’ai pas 5 minutes dans le semaine. Mais quand même.

Fabriquer des choses, c’est prendre le temps de chercher, de réfléchir à ce qui ferait plaisir et de s’y mettre.

olaf

« Olaf avec une chaussette? Génial! »

Et magie, grâce à l’Internet, nous disposons puits d’informations tels que Pinterest ou Tumblr si nous sommes à court d’idées. On peut trouver mille façons de créer quelque chose, que ce soit du tricot, de la construction, de la cuisine ou même de la pâte à sel, on s’en fout.

Fabriquer des décorations ou des cadeaux avec vos enfants pour la famille ou les copains c’est un moyen de passer du temps ensemble aussi. On s’applique, on pense à la personne qu’on aime et en prend du temps pour elle.

En plus, si on a un vrai talent, on peut scotcher tout le monde et faire son crâneur, ce qui n’est pas négligeable.

Pssit: on peut faire un super calendrier de l’Avent, comme ma copine Pops.

3. Installez un rituel

Trouvez des moments pour vous . Que vous ayez une grande famille ou pas, que vous entendiez avec elle ou pas, Noël, c’est souvent un moment que l’on partage en dehors de chez soi. Il faut donc gérer et même lorsque l’on s’étend très bien avec tout le monde, on est sur les rotules après. Ce qui est bien, c’est de trouver un moment pour se poser avec le noyau dur (c’est-à-dire vos enfants et vous et votre conjoint(e)/votre meilleur(e) ami(e)/votre copain/copine/votre sœur/etc. et vos enfants, bref, ce qui symbolise le noyau dur selon vous).

cabane

Mon programme

Fêtez Noël selon vos règles et vos envies, (ou pas!), vous serez vachement plus disponibles pour le reste (repas chez la grand tante avec du gigot alors que vous êtes végétarien, messe de minuit alors que vous êtes anticlérical etc.): vous aurez partagé ce moment « seuls à seuls » avec vos enfants et ça va vous apaiser (Bon, ok: sauf si vous en avez plus de deux.) Que ce soit 5 jours avant ou un mois après, faites votre Noël.

Vous pouvez prévoir un repas à thème, une soirée karaoké, tous dormir dans le salon en regardant des DVD, n’importe quoi pourvu que ça vous plaise et que tout le monde s’en souvienne.

4. Faites les écrire/écrivez
kidletter

(« J’espère que tu auras plein de cadeaux et joyeux Noël. Et tu es grosse. ») Faites attention à ce qu’ils écrivent, quand même hein.

C’est aussi le bon moment pour écrire aux gens qui comptent dans la vie de vos enfants. Peu importe que cette ou ces personnes soient de la famille, ou même proches de vous-même, il suffit qu’elles comptent pour vos enfants. Demandez leur à qui ils ont envie de donner des nouvelles. Cela permet aussi de rester en contact, de montrer qu’on ne s’oublie pas: l’année passe vite, on a des montagnes de choses à faire et on n’y pense pas.

5. Éteignez la télé

barneyIl est difficile d’échapper à Noël, même quand on ne veut pas le fêter pour des raisons religieuses, politiques ou autres. La télé est un puissant vecteur de désir, de stress et les informations sont ingurgitées par les enfants sans être vraiment comprises. Si vous souhaitez mettre en place un Noël simple et pensé, les pubs peuvent sérieusement mettre à bas tous vos efforts.

Mettez des DVD, ou installez des rituels (pas de télé tel jour/de telle heure à telle heure/ou juste le vendredi etc.) si vous avez l’habitude de beaucoup la regarder. Cela vous permettra aussi de faire autre chose (scrabble, yoga, macramé, « Tiens, quel est cet objet..ah oui, un livre!« ) et peut être, de moins la regarder ou de mieux la regarder, qui sait?

grinchjackAllez, courage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *