5 alternatives au shampoing/comment espacer les lavages

On le sait (ou pas) : les shampoings que nous utilisons sont pleins de substances pas trop top pour la santé, du perturbateur endocrinien qui fout le dawa dans nos hormones, au silicone qui nous donne des allergies, en passant par les dérivés pétrochimiques, qui, s’ils sont quelques fois inoffensifs pour la peau, ne sont pas super cools avec la planète. Le truc encore plus embêtant, ce sont les tensioactifs super maousses, qui font mousser le produit à donf’, mais nous embarquent dans une spirale de lavage effrénée. Comment faire pour enrayer la machine ? Tour d’horizon des solutions (et c’est une meuf qui se lavait les cheveux TOUS LES JOURS qui vous parle.)

1. L’eau

Water only
brushlessismore

Brosse Less is More

Oui, on peut se nettoyer les cheveux uniquement à l’eau. Il suffit de d’abord les brosser avec le bon outil : une brosse à poils (pas à picots, cela ne répartit pas le sébum), ni trop dure, ni trop souple. Elle va vous aider à les débarrasser de la poussière et répartir le sébum. On les passe ensuite sous l’eau tiède, en massant le cuir chevelu doucement. Un dernier rinçage au vinaigre de cidre, anticalcaire, (qui ne sent rien une fois sec) pour faire briller, prévenir les démangeaisons et pellicules, est possible.

Il existe aussi des vinaigres de rinçage sur le marché, comme celui d’Yves Rocher, à la framboise.

2. L’après-shampoing

No-poo

ultradoux asvanilleIssue du No-Poo (qui signifie « no shampoo ou « pas de shampoing), la méthode consiste à utiliser des après-shampoings sans silicones, car ceux-ci contiennent assez d’agents lavants pour faire la blague. Crée pour les cheveux bouclées et frisés (pour éviter le côté « mousse » qui revient après chaque shampoing), elle est possible pour les cheveux normaux à secs, moins efficace sur cheveux gras (quoique pas impossible).

La liste des après-shampoings est chez Une chic fille. Le No-poo peut être pratiqué avec d’autres recettes, notamment celles au Bicarbonate de soude (chez les Trappeuses).

3. Les œufs

oeufs-nu

Crédits Passeport Santé

Vieux comme le monde, le shampoing aux œufs peut donner une vraie impression de ratage (on peut avoir une sensation de cheveux poisseux au lavage). C’est pourtant une méthode qui est très efficace. Le jaune contient des tensioactifs naturels, qui nettoient vraiment.

La recette: mélangez deux jaunes d’œuf avec une cuillère à café de miel et un peu d’eau dans un ramequin ou un tube propre. Vous pouvez ajouter une ou deux gouttes d’huiles essentielles pour masquer l’odeur de l’œuf. Si vous avec les cheveux gras, laissez le blanc.

Laisser poser le mélange le temps que vous pouvez et malaxez le cuir chevelu. Rincez à l’eau TIÈDE (sinon l’oeuf va cuire, littéralement).

4. Les poudres

Image Santé d'Orient

Image Santé d’Orient

Utilisées en masque elles permettent d’espacer vos shampoings. Mélangées avec des poudres lavantes (Sidr, par exemple) elles le remplacent. Vous pouvez les mélanger entre elles, y ajouter des huiles végétales ou des huiles essentielles.

Rhassoul

Il ne contient pas de tensioactifs mais absorbe les impuretés et les graisses tout en respectant le film hydrolipidique des cheveux. Il suffit d’en mélanger un peu avec de l’eau, pour obtenir une pâte homogène. On peut ajouter de l’huile végétale, du miel ou du vinaigre dans la préparation, selon les besoins de ses cheveux.

Les poudres ayurvédiques

(liste non exhaustive, il y en a tant!)

Les lavantes

Riches en saponosides (tensioactifs), elles moussent et ont un pouvoir lavant. A associer avec d’autres poudres, argiles ou rhassoul.

Sidr: idéale pour laver les cheveux colorés sans les faire dégorger, apaisante, lutte contre les démangeaisons et pellicules.

Les deux poudres suivantes sont plus fortes et peuvent irriter les yeux.

Reetha:  a un fort pouvoir lavant.

Shikakai: lave, démêle, favorise la pousse et soigne le cuir chevelu. Attention, peut irriter les yeux et les voies respiratoires.

Les soins

Amla: régénérante, favorise la pousse de cheveux.

Kapoor: rend les cheveux plus forts, plus brillants et favorise leur pousse et a une bonne odeur.

Neem: purifiante, elle  aide à lutter contre les pellicules, le psoriasis, le dermite séborrhéique (et les poux aussi!)

Pour avoir la liste complète: ici.

Le henné neutre

Réputé pour ses propriétés lavantes et purifiantes, le henné neutre est véritablement magique pour la santé des cheveux.

Les argiles

L’argile blanche est douce et peut être utilisée en masque ou associée à une poudre lavante. L’argile verte est plus adaptée aux cheveux gras.

5. Le shampoing sec

ou le shampoing sec maison
Fécule de maïs chez Cosmétine

Fécule de maïs chez Cosmétine

Le shampoing sec est un allié de choix pour espacer les lavages. On peut le choisir en magasin: le plus naturel possible (si on peut!). Si on désire vraiment ne plus utiliser les produits du marché, un peu trop agressifs, il y a celui de Lulu Organics. Sinon, on peut trouver ceux de Klorane, Ultra Doux ou Batiste un peu partout.

Pour faire son shampoing sec maison

On peut utiliser de l’argile blanche, de la fécule de maïs, du rhassoul, seuls ou mélangés. On peut aussi y ajouter des huiles essentielles.

Exemple de recette: fécule de maïs et d’argile blanche à part égales, avec une goutte d’huile essentielle de menthe poivrée, le tout dans un contenant type flacon d’épice bien propre.

Pour aller plus loin

soyons fous

L’arrêt du lavage

Une autre tendance, c’est l’arrêt pur et simple du lavage de cheveux. Sorte de Graal capillaire, cette méthode demande de l’implication et nécessite de passer certaines étapes (espacement des shampoings, suppression du shampoing en utilisant une recette spéciale au Bicarbonate de soude (No-poo), pour ensuite entamer une phase d’un mois sans lavage et enfin ne se les laver que tous les mois): le but étant de ne plus les laver du tout, les cheveux, selon les adaptes, restant propres grâce à l’entretien au brossage. Antigone est un peu LA référence en la matière, je vous laisse avec son post sur le sujet.

Le Low-Poo
Shampoing aux œufs Dop

Shampoing aux œufs Dop

Avec le Low-Poo, on ne se lave pas les cheveux avec de l’après shampoing, mais avec des shampoings dont les bases lavantes sont hyper douces. Bien entendu, on espace les lavages au max, pour ne pas rentrer à nouveau dans la spirale de l’enfer, sébum-lavage. On choisi des produits sans sulfates, silicones, parabens et on accepte de ne pas avoir de produits qui moussent fort.

Quelques faits

Le sébum n’est pas un ennemi

Oui je sais. Je suis, je l’ai déjà dit, de celles qui traquent le gras au point de se laver les cheveux chaque jour. Mais non seulement je dérègle complètement ladite production de sébum , mais j’enraye un peu tout. Le sébum est là pour hydrater le cuir chevelu et se répartir sur les longueurs. Il a un rôle protecteur. Sur-stimuler sa production c’est s’empêcher d’en profiter de la bonne manière, en maltraitant ses longueurs (sèches, cassantes, trop lavées quoi) et son cuir chevelu (décapé).

On traite le cuir chevelu

Ça parait une évidence, mais c’est le cuir chevelu qu’on lave. Les longueurs sont bien sûr de la partie, mais le chef là dedans, c’est la peau (toujours elle). Les longueurs sont le symptômes, pas le problème.

Les eaux de rinçage sont vos alliées

Particulièrement si vous utilisez le Water Only, elles permettent de traiter et de parfumer. Rinçage au vinaigre de cidre, au thé vert, à la camomille, au miel, au citron, il existe beaucoup de recettes. L’article de Johanna en recense pas mal.

Il faut nettoyer sa brosse

Ben ouais, on oublie. Mais la brosse, dans cette quête du less is more, va servir à dépoussiérer le cheveux, faire bouger le sébum. Elle doit servir chaque jour (il parait que les 100 coups de brosse de nos arrières grands mères ne sont pas si débiles) et donc, être irréprochablement propre.

Il faut accepter de moins faire mousser

Celles et ceux pour qui font une bonne grosse mousse qui sent bon est synonyme d’un bon gros lavage qui fait du bien (je plaide coupable), le lavage à l’après shampoing, à l’eau etc. peuvent être de vraies tortures. Les produits alternatifs moussent moins, voire peu, mais lavent quand même.

Il faut garder le cap

Il faut garder en tête les faits cités plus haut et aller à son rythme: on fait ce qu’on peut, en trouvant sa cadence et ses recettes. On reste fort quoi.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *