2016 to 2017

Je sais, je sais. On en peut plus des bonnes résolutions. Je suis toujours partagée entre l’envie de lever les yeux au ciel et mon admiration sincère lorsque je tombe sur des articles « New Year, New Me« . C’est la lutte entre mon cynisme indécrottable et ma fascination pour les gens qui se réalisent.

C’est vrai, il y a un diktat du « self« , du « moi« , du « tu peux être ce que tu veux » (ce qui n’est pas vrai mais on en reparlera) qui peut être super anxiogène lorsqu’on a juste envie de vivre sa vie pépouze sans cocher des to-do list infinies.

Mais bon. 2016 a été un tournant pour plein de choses, surtout une année de stand-by assez frustrante. Je crois aux cycles, et 2015 a été tellement éprouvante moralement (pour un tas de raisons) que je pense qu’en 2016, ma tête et mon corps m’ont dit stop.

J’ai conscience en écrivant ces lignes d’être incroyablement chanceuse et privilégiée, à tous les niveaux, hein.

Les choses cools de 2016

  • Je suis allée à La Reunion chez ma belle-soeur et j’ai rencontré une nouvelle partie de ma famille là-bas. J’ai découvert une île et des gens que j’ai adoré.
  • Ma nouvelle a été publiée dans Adar, un recueil de nouvelles de SF. Ce projet me tenait à coeur et ça me ravit de figurer dedans.
  • J’ai vendu mon appart’ et je suis redevenue locataire (j’en parle ici) et c’est un des trucs les plus libérateurs que j’ai jamais fait.
  • Je me suis mieux organisée pour passer du temps avec mes amis et les gens que j’aime.
  • Je me suis dépassée : j’ai fait le Piton de neiges en randonnée. En sachant que je n’en avais jamais fait et que ce parcours n’est pas exactement le plus facile pour commencer (4h30 de montée bien raide/une nuit en refuge/réveil à 3heures pour continuer la montée, environ 3 heures en plus). Bon, j’ai abandonné la deuxième partie (la nuit, le froid, peu de sommeil et surtout la conscience de mes limites), mais suis quand même contente d’avoir essayé et d’avoir réussi à grimper pendant ces presque 5 heures tellement abruptes.
  • Je suis sortie de ma zone de confort : travailler avec un magazine, moi qui ne vient pas du tout de ce monde là, participer à la signature d’un livre (grosse angoisse), passer dans une émission de télé, bref, y aller. Yolo.

Les choses pas cools

  • J’ai procrastiné : faire du sport, lire plus, manger mieux, ne pas laisser le linge s’entasser sans le plier etc. J’ai tout remis à demain. Aucune volonté, rien, zéro pointé.
  • Je n’ai pas lutté contre ma phobie administrative : mes papiers s’entassent joyeusement dans un coin, pas remplis, pas ouverts, pas regardés.
  • Je me suis bouffé la tête pour des choses qui ne me concernaient pas forcément, j’ai dédié de l’énergie mentale à des trucs qui ne valaient pas un kopeck.
  • Je me suis éparpillée : j’ai toujours un million d’idées et peu de temps. J’ai essayé de tout faire en même temps.
  • J’ai un peu laissé le blog en jachère : la vérité c’est que cet espace est un peu ma récréation et que l’envie n’y était plus. Surtout, j’ai perdu du temps et des trucs ont capoté : journalistes qui te harcèlent de messages et ne te rappellent jamais, collaboration qui s’arrêtent sans un petit mail ou un coup de fil, bref, pour la faire courte, je me suis dit « à quoi bon? »

Ce que je voudrais accomplir en 2017

  • Arrêter le sucre

Je sais que c’est à la mode et je me méfie des injonctions alimentaires. On nous envoie tellement de signaux contraires que c’est parfois difficile de savoir comment se positionner. Mais une chose est sûre à 100 % : je suis addict au sucre. Mais genre, vraiment. J’ai pris 10 kg, je ne sais entre quand et quand, et je me sens fatiguée/molle/pas motivée. Le sucre est partout, dans toutes les phases de mon alimentation et entre les repas. A l’heure où je vous parle, je n’ai pas ingéré de sucre raffiné depuis 4 jours et c’est une lutte de chaque instant.

  • Finir mon roman

Mon objectif premier dans le vie ayant toujours été d’écrire, je suis dans l’angoisse éternelle de me louper. J’ai déjà été publiée deux fois et j’en suis très fière (oui maintenant je le dis, parce que pourquoi pas). Ecrire un roman c’est long et dur et j’ai un travail, un enfant et une vie sociale. Du coup, j’essaie d’écrire au moins une heure par jour (en suivant les conseils de Stephen King dans son merveilleux bouquin « On writing« . Bon, lui c’est deux heures minimum mais on fait ce qu’on peut.)

  • Passer mon permis

Oui parce que je l’ai raté en 2000 et que 17 ans après, il est temps de digérer mon échec et de me remettre en selle.

  • Passer moins de temps sur Internet

J’ai déjà (presque) complètement arrêté de regarder des séries. Là maintenant, zoner sur le Net devient le truc le plus chronophage dans ma vie. Franchement, après deux heures de vidéos de contouring sur Instagram, j’ai l’impression d’avoir mangé trop de Nutella et surtout de vraiment faire de la merde.

  • Ne plus perdre de temps avec les gens /des trucs qui n’en valent pas la peine

J’avoue que c’est un peu un objectif de vie : ne plus accorder cinq minutes à des gens toxiques, même en pensée, ou à des choses qui font stagner. Il y a beaucoup trop de gens et de situations dans ma vie qui méritent toute mon attention !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *